Pages

mercredi 20 mars 2013

Aït Ben Haddou et ses environs...

Après avoir traversé les montagnes du Haut Atlas, sur la route qui mène à Ourzazate et au désert du grand sud, apparaît tel un mirage le vieux ksar d'Aït Ben Haddou.

  

La ville nouvelle est construite de l'autre côté de l'oued et regorge de touristes. Mais loger dans l'ancienne petite ville permet de vivre une expérience hors du temps, sans électricité (c'est pour cette raison que peu de monde y reste). Nous étions donc les seuls dans cette magnifique kasbah, brillamment restaurée dans la tradition. Plus de quatre années de travail pour Mohamed et sa famille.




Mohamed qui reçoit ses hôtes comme ses amis. Aime parler de sa vie et de la culture berbère. La fait vivre pour qu'elle survive. Cuisine généreusement. De beaux moments à partager, des dîners à la bougie. Des pauses thé au thym pour le plaisir d'être ensemble. Rien d'électrotechnique pour venir nous interrompre. On parle de nos mondes bien différents... Une question nous rapproche. Celle des langues de nos deux pays. Mohamed regrette qu'on ne lui ait pas donné la chance d'apprendre à lire et à écrire sa langue maternelle à l'école, celle avec laquelle il communique au quotidien, le berbère. A la Réunion, il en va de même pour le créole...


Merci à toi et à ta famille!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire